Restauration du Vesalius

 

 

 

 

 

Dans le cadre d’une semaine intense de restauration in-situ, au CESR ( Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance), j’ai eu le privilège de restaurer un ouvrage de Vesalius. D’ailleurs, on dit « Le Vesalius » tellement il est important.

001.JPG

Notice bibliographique

 

Titre: De humani corporis fabrica libri septem

Auteur: Vesalius Andreas

date: 1543

 

 

 

André Vésale (Bruxelles, 31 décembre 1514Zakynthos, 15 octobre 1564) est un anatomiste et médecin brabançon, considéré par de nombreux historiens des sciences comme le plus grand anatomiste de la Renaissance, voire le plus grand de l’histoire de la médecine. Ses travaux, outre qu’ils ont fait entrer l’anatomie dans la modernité, mettront fin aux dogmes du galénisme qui bloquaient l’évolution scientifique depuis plus de mille ans aussi bien en Europe que dans le monde islamique.

« André Vésale » est la forme francisée de son nom latin Andreas Vesalius. À la naissance, il s’appelle Andries Wytinck van Wesel, en français André Wytinck de Wesel, ville rhénane d’origine de son grand-père. Il est l’auteur du De humani corporis fabrica (Sur le fonctionnement du corps humain), l’un des livres les plus novateurs sur l’anatomie humaine. Il est aussi un grand humaniste de son époque.

 

 

 

 

 

Description du livre

De humani corporis fabrica libri septem (À propos de la structure du corps humain en sept livres[1]) est un traité d’anatomie humaine que l’on doit au médecin et anatomiste brabançon Andreas Vesalius (André Vésale, 1514-1564). Il a été rédigé en 1543, publié à Bâle, la même année, par Johannes Oporinus et réédité en 1555.

Il s’agit d’un des plus grands ouvrages scientifiques jamais réalisés et du livre fondateur de l’anatomie moderne. En quelque 663 pages et plus de deux cents planches accompagnées de leur commentaire, il fait la première description complète de l’anatomie du corps humain, décrivant soigneusement les os, les articulations, les muscles, le cœur et les vaisseaux sanguins, le système nerveux, les organes de l’abdomen et du thorax ainsi que le cerveau.

Après avoir obtenu l’autorisation en 1539 de pratiquer des dissections sur des cadavres de condamnés, Vésale constate rapidement des erreurs dans les descriptions de Galien et comprend qu’elles s’appliquent au singe ou à d’autres animaux et non à l’homme. Il entreprend alors la rédaction d’un traité d’anatomie destiné à corriger ces erreurs. En 1540, invité par les étudiants de Bologne, il pratique plusieurs dissections qui confirment ses hypothèses.

En 1543, à l’âge de 28 ans et après quatre ans de travaux incessants, il publie ses découvertes à Bâle chez Jean Oporinus (imprimeur,universitaire et professeur de grec) : De humani corporis fabrica libri septem, couramment appelé la Fabrica, le plus grand traité d’anatomie depuis Galien, et son Epitome ou Résumé pour les étudiants en médecine

 

005

 

009.JPG

 

 

 

 

Publicités

~ par ateliermalicalestang sur juin 20, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :