2 reliures en demi oasis

 

IMG_20200122_094555

 

Ensemble de deux reliures en demi oasis vert sur les Œuvres de Marcel Schwob.

Dos long. Titrage à l’or.

Papier marbré de création de Marianne Peter.

 

IMG_20200122_102528

Marcel Schwob, né à Chaville le 23 août 1867 et mort à Paris le 26 février 1905, est un écrivain français — conteur, poète, traducteur, érudit — proche des symbolistes.

Le choix du papier a été important dans la réalisation de ces reliures: se rapprocher de l’esprit des symbolistes.

Maria Chapdelaine. Bradel papier

IMG_20200121_161504

Reliure à la bradel en papier népalais sur Maria Chapdelaine de Louis Hémon.

Editions Athéna.

Ce livre est un classique de la littérature québécoise.

Maria Chapdelaine est un roman écrit en 1913 par l’écrivain français Louis Hémon, tandis qu’il résidait au Québec. Il y raconte la vie d’une famille qui tente de s’établir à la campagne. Bien qu’écrit au Québec, la première publication de Maria Chapdelaine se fait en France, en 1913, dans le feuilleton du quotidien Le Temps.

 

 

 

 

IMG_20200121_161653

Titrage sur le papier à l’oeser blanc.

Monsieur Origami. Jean-Marc Ceci

001

 

002

À l’âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d’une femme qu’il n’a fait qu’entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s’installe dans une ruine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d’ermite, adonné à l’art du washi, papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, Casparo, un jeune horloger, arrive chez Kurogiku, devenu Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivée bouscule l’apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé. Les deux hommes sortiront transformés de cette rencontre.
Ce roman, d’un dépouillement extrême, allie profondeur et légèreté, philosophie et silence. Il fait voir ce qui n’est pas montré, entendre ce qui n’est pas prononcé. D’une précision documentaire parfaite, il a l’intensité d’un conte, la beauté d’un origami.

 

 

013

 

Couture au fil de lin noir de chaque feuillet sur une baguette. Chacune des baguettes étant cousues entre elles ensuites.

Gardes en papier japonais à gouttes d’eau.

Etui en plexiglas et bois de noyer percé puis cousu.

Ensemble épuré. Conte ce magnifique livre que je recommande.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« A quoi sert – il d’avoir si être nous manque. » Devise zen extraite du livre.